Le groupe GT organise la transmission de sa direction à la nouvelle génération

A soixante ans, Michel Sarrat s’est fixé pour objectif de transmettre la direction de son entreprise au cours des quatre prochaines années. La transmission patrimoniale a, elle, déjà eu lieu.


Fondé en 1946, le groupe GT (186 millions d’euros, 2.400 collaborateurs) est aujourd’hui dirigé par Michel Sarrat et son frère Eric. Chacun gère une entité : GT Location pour Michel Sarrat (soixante ans) et GT Logistics, une diversification de l’activité originelle de transports, pour Eric (soixante-neuf ans). Le holding de tête est codirigé par ces deux responsables, actionnaires à 100 %, avec un troisième frère, médecin. Au programme des quatre prochaines années : la transmission de l’entreprise.

« Notre grand-père, qui avait fondé la Compagnie Générale de Traction à Bordeaux en 1946, est resté à la tête de GT jusqu’à quatre-vingts ans. Notre père, son fils, avait choisi d’être médecin aussi ; c’est nous, ses petits-fils, qui avons rejoint l’entreprise. D’abord mon frère Eric, en janvier 1974, et puis moi-même, raconte Michel Sarrat. Malgré le saut de génération, c’était une transmission en direct avec le fondateur. Les fondamentaux de l’entreprise, une symétrie des attentions entre collaborateurs et clients, comme chez Michelin, étaient posés. »

 

 

Innovation sociale

Pour le fondateur de GT en effet, ce qui est bon pour les uns l’est aussi pour les autres et permet donc de créer de la valeur pour l’entreprise. Pour exemple, GT crée le premier service de formation dans les transports en 1965, alors que l’entreprise compte moins de 200 salariés. Une innovation sociale rare alors, mais qui est toujours au coeur de la réflexion des dirigeants actuels : en mars 2016, Michel Sarrat a ainsi lancé un programme appelé « Vision » pour les dix ans à venir, mettant l’accent sur l’implication des chauffeurs, l’innovation, l’international ainsi que le bien-être au travail. Il n’a pas hésité, quelques mois plus tard, à bousculer le comité de direction en annonçant l’arrivée de personnes issues du terrain, « pour mieux évoluer »« Notre façon de gouverner empêchait l’évolution nécessaire au développement du groupe », explique-t-il.

 

 

Organisation de la transmission

Cette nouvelle instance de direction élargie a également intégré… son fils aîné, Matthieu, trente-cinq ans, qui avait rejoint l’entreprise deux ans plus tôt. « J’ai quatre ans devant moi pour préparer ma succession. C’est une étape importante où l’entreprise pourrait être fragilisée parce que nous devons nous inscrire dans la durée tout en restant agiles et réactifs au quotidien. Aujourd’hui, nous sommes trois frères actionnaires et, dans les holdings familiaux, il y a 11 actionnaires de la nouvelle génération. Dont 5 de ma branche. Tous n’ont pas vocation à entrer dans l’entreprise ; pour l’instant, l’aîné, Matthieu, a souhaité rejoindre l’opérationnel de GT Location et sa soeur Blandine (trente-quatre ans) va animer la communauté des actionnaires au sein du conseil d’administration », indique Michel Sarrat. « Nous ne devons pas brûler les étapes et nous nous sommes fait accompagner pour un parcours d’intégration. Matthieu (HEC, Sciences Po et huit ans dans un cabinet américain de conseil) a passé cinq mois « hors poste » pour découvrir le groupe et valider réciproquement ce choix. Il a ensuite pris pendant deux ans la direction opérationnelle de la filiale d’Angers. Il nous rejoindra en septembre à Bordeaux pour prendre la tête de la direction commerciale de GT Location pour deux ans et assurer la transition digitale », poursuit le dirigeant.

 

Réduction des droits de succession avec le pacte Dutreil

Apôtres convaincus de l’anticipation et de la prudence, les trois frères actionnaires ont déjà réglé la transmission patrimoniale des actions – la moitié en nue-propriété il y a huit ans, le reste il y a trois ans. « Si on est bien accompagné sur le plan fiscal et si on s’entend bien dans la famille, ça se passe bien », commente Eric Sarrat, qui se félicite d’avoir joué le pacte Dutreil, avec le statut de holding animatrice, pour réduire les droits de succession. Ajoutant : « Ce souci-là est derrière nous ! »

L’autre face de la succession, et non la moindre, était de laisser le choix aux enfants de s’investir dans l’entreprise familiale. « Je voulais que ce soit un choix libre. Matthieu aurait pu devenir partner de l’entreprise où il était et rester à Paris. Venir à Bordeaux pour notre belle-fille brésilienne n’était pas si évident, même si la ville est devenue attrayante. » Une nouvelle voie s’ouvre pour le transporteur, qui revendique pour cette gouvernance négociée « sérénité, vitalité et joie de vivre ».

 

 

Patricia Salentey

Article paru dans Les Echos, le 19 juin 2017.

+ de 1700
collaborateurs

GT Location - plus de 1500 vehicules

+ de 1500
véhicules

100%
du parc équipé en
informatique embarquée

GT Location - véhicule informatique embarqué